Déclaration d’une stagiaire satisfaite

Events

4 mins

Déclaration d’une stagiaire satisfaite

Après 8 mois passés au sein de SWPL, c’est l’heure du bilan. Je suis arrivée en stage en octobre 2017, après un entretien prévu le matin même à 7h. ‘Tu peux commencer la semaine prochaine ?’ Et comment ! C’est pour un poste de cheffe de projet que j’ai postulé. On me proposera d’alterner avec le pôle évènementiel. N’en ayant jamais fait et mon projet professionnel à moyen et long terme ayant un lien avec l’événementiel, j’étais ravie !

N’en ayant jamais fait et mon projet professionnel à moyen et long terme ayant un lien avec l’événementiel, j’étais ravie ! #événements via @swpl

Plutôt agence ou annonceur ?

On parle toujours de la binarité ‘bosser en agence’ ou ‘bosser chez l’annonceur’. Mais bosser en agence, ça veut dire exactement ? Pour moi, les premiers jours, ça voulait dire recevoir un petit livret avec des stickers de la boîte, être accueillie par Brad notre Happiness Chief Officer, se voir proposer un restau entre collègues, des verres à la fin de la journée avec tous les pôles et surtout une ambiance bon enfant, accueillante et bienveillante.

 

Pôle Cathy Guetta et paillettes

Au fil des semaines, j’ai commencé à beaucoup plus travailler avec Marine dans le pôle event, car la charge de travail devenait plus intense. J’ai eu de plus en plus d’actions à réaliser. Marine m’expliquait comment elle travaillait. Prise de briefs, veille en continu, recherche de prestataires, négociation du temps et des budgets, rédaction de dossier, anticipation et organisation. Je me suis vite laissée prendre au jeu, et j’ai aimé fouiller pour trouver des lieux, les contacter, chercher des traiteurs, des animations, etc. Au début mal à l’aise avec le téléphone, maintenant j’appelle nos prestataires sans (trop de) difficultés. J’ai levelled up en skills InDesign avec l’aide d’Élodie, graphiste. J’ai aussi acquis des méthodes de travail et d’organisation (la clef !). J’ai vu la différence entre un dossier réalisé à l’école, et un réel dossier d’agence. J’ai également vu que le timing reste toujours plus ou moins le même !

 

On the road again, again

Aussi, en événementiel, ce n’est pas simplement tout régler au millimètre et penser à tout en amont. J’ai adoré accompagner Marine sur les events, notamment sur le roadshow d’un de nos client·e·s. Ce roadshow a été un gros fil rouge de mon stage. Je suis arrivée au moment où l’on souhaitait répondre à l’appel d’offre. J’ai donc aidé Marine à trouver des lieux, des animations, des idées. Nous avons contacté tous ces prestataires afin de budgétiser au plus près. Ensuite, c’était le rush enivrant de ‘Il faut finir pour ce soir !’, puis l’attente de la soutenance ‘Alors, ça s’est passé comment ?’ ‘On a gagné !’ suivi de l’euphorie puis très vite, ‘Ah oui, faut rappeler tout le monde’. J’ai ensuite pu participer à toutes les dates. Gérer les entrées, les participant·e·s, la mise en place, le timing, le traiteur, la désinstallation. Un binôme de choc avec Marine. Sans oublier le road trip sur fond musical girl power des années 90 et les déjeuners sur les aires d’autoroutes ‘C’est cafard’.

 

I’m free like a river

Mais être stagiaire en agence, et surtout chez SWPL, c’est aussi se sentir libre. Libre de soumettre des idées incongrues pour des projets, libre de proposer de s’investir dans la vie de l’agence, libre de passer du temps dans d’autres pôles, libre de participer à des projets hors travail, pour le bien de l’agence. En 5 ans d’étude et plus de 2 ans de stage, SWPL est l’endroit où j’ai pu faire, apprendre et découvrir le plus de choses, d’un point de vue professionnel et personnel. Rédaction d’article comme celui-ci. Discussions féministes autour d’un thé. Apprentissage du Rubik's Cube. Bataille contre moi-même pour décrocher le téléphone. Amélioration de mon niveau de belote. Déco DIY de Noël. Écologie et zéro déchet. SWPL, c’est, en plus d’un travail parfois chargé et stressant, de réels moments de vie et d’échanges vraiment cools.

Je pars avec une très belle image de cette agence, où les journées n’étaient pas toujours simples évidemment, où le rythme était parfois soutenu. Mais, au-delà du fait que j’ai aimé y travailler, j’ai aimé y séjourner. Et comme on dit dans le milieu : roadshow must go on !

Lucile, stagiaire chez SWPL

Lucile

Stagiaire événementiel